X
Identifiant Mot de passe
  Administrer le blog Créer un Blog ToutApprendre Test de langues
Le blog de Blaise
Friday 30 November 2007, a 22:15
Contre le traité "simplifié"
 

Je m'étais déjà exprimé au sujet du traité "simplifié" qui devrait passer comme une lettre à la poste avec sa ratification par l'Assemblée nationale. La résistance s'organise, et de façon très symbolique, par des personnalités de gauche et de droite réunis, même le journal l'Humanité s'y est mis!

 

Ce dimanche, une conférence réunira Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Chevènement, ils ne seront pas seuls! Ce débat est au delà des clivages politiques. Voici la copie d'un blog consacré à Jean-Pierre Chevènement:

 

Rassemblement national pour un référendum sur le projet de «constitution européenne bis» dimanche 2 décembre à 15h

Une date à réserver sur vos agendas. Venez nombreux !


Rassemblement national pour un référendum sur le projet de «constitution européenne bis» dimanche 2 décembre à 15h
La ratification parlementaire du « traité simplifié » qui n'est autre qu'une Constitution européenne bis, serait un double déni de démocratie :
  • parce qu'on ferait passer nuitamment par la fenêtre ce qui a été rejeté au grand jour par la porte,
  • parce que la Constitution-bis signée à Lisbonne enterrerait définitivement, au nom du peuple français mais contre sa volonté explicite, la République française confirmée par les référendums de 1958 et 1962.

    Face à ce vrai faux « mini traité » qui est une authentique maxi-traîtrise, Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre, président d'honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, et Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne, président de Debout la République organisent un rassemblement national et européen Pour un référendum sur la «Constitution européenne bis» :

    Avec :
  • Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public
  • Jens-Peter Bonde, porte-parole du parti danois "Mouvement de juin", président du groupe Indépendance et démocratie au Parlement européen

    En un jour emblématique pour la défense de la démocratie, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Chevènement appelleront tous les Français à se mobiliser pour exiger une consultation populaire sur le traité de Lisbonne.

    A partir de 15h, le dimanche 2 décembre 2007, à la Maison de la Chimie
    28 bis rue Saint Dominique, Paris VIIe
    Métro Invalides (lignes 8 et 13) ou RER C.

    Voir le plan d'accès sur Google Maps ou le plan ci-dessous.
 
 

Friday 30 November 2007, a 20:35
Manifestation à Khartoum contre Mme Gibbons
 

Ils sont plusieurs milliers de personnes dans la rues, certains brandissent des sabres tandis que la foule scande à l'exécution pour l'institutrice Gillian Gibbons qui avait cru user de pédagogie avec ses élèves de 6/7 ans, en leur permettant de nommer un nounours "Mohamed" pour une leçon sur les animaux et leur élevage. Arrêtée et  jugée, elle risquait 15 jours de prison, une amende et quarante coups de fouets, mais la peine n'a aboutit qu'à 15 jours de prison et à son expulsion, ce qui est trop peu pour la foule réunit dans les rues.
 
Et cette foule est d'autant plus virulente, que les prêcheurs en ce jour de prière, le vendredi, ont déclaré que l'institutrice avait agi intentionnellement, un religieux s'est exclamé "C'est une femme arrogante qui est venue dans notre pays pour toucher son salaire en dollars et enseigner la haine de notre prophète Mahomet", les autorités, qui ne tolèrent pas habituellement ce type de réunion dans Khartoum, laissent faire, les autorités judiciaires avaient par ailleurs fortement critiqué la clémence du tribunal. Dans les rues les slogans demandent à "punir par balles ceux qui insultent le prophète", "Pas de tolérance, exécution", "Tuez-la, Tuez-la au poteau d'exécution!". C'est la secrétaire de l'école dans laquelle l'institutrice travaillait qui a porté plainte, relayé par les parents d'élèves, dont l'un, prénommé Mohamed, avait eu le désir que le nounours porte le même prénom que lui.
 
Les autorités du pays n'ont pas communiqué sur l'endroit où l'institutrice britannique est détenue, et si elles ont tenu à l'écart les manifestants, elles ont permis à l'un d'entre eux d'aller remettre une lettre de protestation à l'ambassade britanique. Le défilé à certains moments semble avoir pris des allures de guerre contre l'occident, à en croire certains slogans, qui promettaient "la victoire des armées de Mohamed" sur l'occident, en référence à une bataille ancienne contre les juifs en Arabie, et un journaliste a été protégé de la foule par les services d'ordre. De fait, ce sentiment anti-occidentale est entretenu par le pouvoir, dans sa gestion de la crise du Darfour en opposition à l'occident et notamment aux Etats-Unis.
 
C'est certainement ce qui ressort du discours modéré de Tarik Ramadan, dans son article "Autour de la triste histoire de Madame Gillian Gibbon...", dans lequel il appelle à la libération de l'institutrice: "Tout se passe comme si l'enseignante est devenue le moyen à travers lequel un gouvernement montre son attachement à l'islam et par lequel quelques musulmans expriment leur colère vis-à-vis de l'Occident.(...) Cela a à voir avec un jeu malsain de politique intérieure et internationale destiné à mobiliser l'émotion populaire au prix sacrifié de la dignité et de l'intégrité d'une femme."
 
Un récit de la manifestation se trouve sur france 24

Wednesday 28 November 2007, a 22:52
Le pape et le sida
 

Bien que le dernier pape ait été mis en cause au sujet du sida en Afrique, accusé  d'avoir proscrit le préservatif alors qu'il n'en était rien, puisqu'il avait en effet simplement prôné l'abstinence et plus particulièrement le mariage, Benoit XVI a fait une déclaration dans le sens de la compassion envers les malades souffrants de cette terrible maladie. "Je me suis spirituellement proche" a-t-il déclaré à leur attention.
 
''Je suis spirituellement proche de ceux qui souffrent de cette terrible maladie, comme également de leurs familles, en particulier de celles touchées par la perte d'un conjoint. Je les assure tous de ma prière" a déclaré le pape "Je désire  en outre exhorter toutes les personnes de bonne volonté à multiplier les efforts pour arrêter la diffusion du virus HIV, à combattre les préjugés qui souvent frappent ceux qui en sont affectés, et à prendre soin des malades, spécialement lorsque ce sont encore des enfants''.
 
La déclaration du pape n'a rien de surprenant en soi, ce n'est pas la première fois qu'un pape se déclare solidaire des personnes qui souffrent, mais cette déclaration a son importance, si elle ne sera pas reprise par les grands médias, la parole du pape a au moins le mérite de reconnaitre, et de tenter de faire reconnaitre la souffrance des personnes atteintes de cette terrible maladie, y compris des enfants, parfois contaminés par leur parents, ou même par leur mère, au cours de la grossesse. Les malades sont par ailleurs parfois soumis au mépris de la société alentour, ainsi en Afrique il y a peu, des malades ont été enterrés vivant. 
 
Mais le pape est un pape, bien entendu, et c'est par la continence et l'abstinence sexuelle qu'il entend lutter contre le sida ainsi qu'il l'avait déclaré en Afrique ou lors de ces précédents voyages. L'audience du pape étant grandissante, cet appel à la compassion envers les malades du sida, à l'aube de la journée mondiale contre cette maladie,  n'est pas une petite déclaration, mais pourra trouver tout son effet, en espérant que cela soit le cas pour l'attitude des bien-portants envers les malades, mais aussi des malades envers les bien-portants, puisque le message a aussi ce sens...
 

Wednesday 28 November 2007, a 16:28
Décès de Fred Chichin, du groupe Rita Mitsouko
 

Fred Chichin, le guitariste du groupe Rita Mitsouko est décédé ce mercredi matin à l'âge de 53 ans, d'un cancer fulgurant, qui avait déjà contraint le groupe à annuler plusieurs concerts. Il n'aura fallu que deux mois pour que la maladie l'emporte.
 
Fils de parents communistes et militants, il avait participé à plusieurs groupes underground rock et punk, avant de rencontrer Catherine Ringer en 1979, d'en tomber amoureux,  et de former avec elle le groupe des Rita Mitsouko dans lequel il s'occupera de la composition musicale des morceaux, et jouera du clavier, de la basse ainsi que de la batterie.
 
Leur dernier album, Variety, était sorti en juillet 2007, et le décès de Fred Chichin empêchera donc la poursuite des scènes prévues dans différentes villes. Les Rita Mitsouko ont sorti au cours de la carrière du groupe onze albums, et ont reçu cinq récompenses, dont le prix Roger-Seiller du groupe français en 2001 et des prix aux victoires de la musique
 
Une vidéo d'un titre du dernier album



Wednesday 28 November 2007, a 12:36
Un témoignage sur l'accident de Villiers-Le-Bel
 

Tandis que les premiers éléments de l'enquète  concluent à l'accident, des témoignages viennent contredire ces résultats.

 

Ici un homme qui n'est pas un témoin direct de l'évènement, suppose que les policiers roulaient à vive allure, et évoque les dégats sur la voiture de police. Il resterait intéressant toutefois de savoir, comme cela a été suggéré, si la voiture a connu des dégradations de la part de jeunes manifestants, ce qui pourrait expliquer le capot particulièrement enfoncé.



Tuesday 27 November 2007, a 22:04
En prison au Soudan pour un nounours
 

Gillian Gibbons a passé sa deuxième nuit dans une prison soudanaise, cette institutrice britannique de 54 ans, qui officiait dans une école privée, est enfermée suite à la plainte de parents d'élèves, mécontents de ce qu'elle ait permis à ces élèves de six à sept ans de nommer un nounours en peluche du nom de Mohamed, le nom du prophète de l'islam, ce qui a du choquer les musulmans pour lesquelles toute représentation en est interdite.
 
L'enquête est menée de façon approfondie, avec interrogatoire et auditions de témoins.  Dans le code pénal du Soudan relatif aux religions, rites et croyances, ce "délit" pourrait être puni de 6 mois de prison, de quarante coups de fouets, et d'une amende. Selon le directeur de l'école, le nom du nounours avait été voté en classe parmi de nombreux autres noms, mais les élèves se sont décidés en faveur de celui-ci par 20 voix sur 23. Les élèves, qui devaient ramener le nounours à leur domicile à tour de rôle, devaient noter dans un carnet tout ce qu'il faisait avec le nounours chez eux.
 
Le directeur avait par ailleurs mis en garde l'enseignante: " Je lui ai dit que c'était très délicat. Mais elle était innocente, presque naïve. Elle a répondu: "Mais ce sont les enfants qui ont choisi le nom Mohammed!" C'est pour lui en toute innocence que cette institutrice avait accepté de donner ce nom à la peluche.
 
L'école privée a du présenter ses excuses et a fermé ses portes jusqu'au mois de janvier, par peur des représailles. Les services diplomatiques de Grande-Bretagne tentent d'obtenir la libération de cette femme, originaire de Liverpool.

Tuesday 27 November 2007, a 19:59
Des émeutes du Val d'Oise
 

Cela pourrait être un fait divers comme il y en a tant, le triste récit d'un accident de la route ce dernier dimanche, avec deux jeunes gens qui roulent inconsciemment sans casque sur une petite moto, et qui malheureusement y perdent la vie... Mais cet accident s'est produit dans un quartier dit sensible, au coeur de Villiers-Le-Bel, et avec une voiture de police, ce qui a aussitôt embrasé tout le département. Les premiers résultats de l'enquête  annoncent pourtant que les policiers ne seraient pas dans leur tort, mais ce serait vu refuser une priorité, et si la voiture roulait vraisemblablement à vitesse réduite, tandis que la petite moto avait sa vitesse la plus élevée enclenchée, l'impact fut fatal. A combien roulait la moto? Une source non fiable m'affirme que c'était à 80 km/h.  Ce type de véhicule n'est pas  homologué pour se rendre sur une route.
 
Dans le déroulement des faits, il semblerait qu'aussitôt après l'accident de nombreuses personnes se seraient réunis autour des deux jeunes garçons à terre, ce qui aurait eu pour effet de faire fuir les policiers, et d'empêcher les pompiers de tenter de les réanimer correctement. La voiture dont l'image est diffusée dans de nombreux journaux devrait son capot littéralement défoncé à l'acharnement de quelques "jeunes" du coin, avant que d'autres personnes ne viennent la garder, pour qu'elle échappe, plus tard, à l'instar de nombreuses autres voitures, au feu. Dès le premier soir, au pied des immeubles et non loin du théâtre de l'évènement, une rumeur s'étend: "ils" l'auraient fait exprès, "ils" auraient provoqué l'accident. Lorsque le commissaire de police, soucieux de calmer les esprits se rend sur place, il est chassé à coups de barre de fer et doit se rendre dans un état grave à l'hôpital, ayant le nez et les côtes cassées. 
 
Le maire de la ville  tente de calmer les esprit, sans succès. Plus tard dans la nuit de dimanche, les affrontements commencent, à 200 mètres du lieu de l'accident, avant de s'étendre, faisant dans la nuit 24 blessés parmi les policiers, dont 2 graves, puis dans la nuit qui suit 64 blessés de plus dont 5 graves. Deux journalistes aussi seront blessés dans les affrontements, plusieurs dizaines de commerces seront incendiés, des restaurants, une antenne du trésor public est dévastée, et deux commissariats incendiés, tout comme une... bibliothèque. Les émeutes se sont étendues dans tout le Val d'Oise, de Villiers le Bel à Sarcelles, en passant par Argenteuil, Cergy, Ermont, Goussainville ou encore Fosses.
 
Le souvenir des émeutes de l'année 2005 revient dans les esprits. Deux jeunes garçons se croyant à tort ou à raison poursuivis par la police s'était caché dans un transformateur EDF, et l'un d'eux avait péri électrocuté tandis que l'autre restait gravement blessé, ce qui avait entamé un enchainement de violence, avec son cortège de véhicules brûlés, d'affrontements avec la police, et de bâtiment publics incendiés, des écoles maternelle mais aussi des bibliothèques et dans une manifestation, à la mémoire du jeune homme électrocuté, une affiche: mort pour rien. C'est bien en référence à ce message qu'un écriteau a été déposé dans Villiers Le Bel, et reprenant le "mort pour rien".
 
Les forces de l'ordre craignent que les nuits se succèdent avec une amplification des violences, les départements voisins du 93 et 92 se préparant selon certaines sources à rejoindre leurs comparses du 95. "Nos collègues sur le terrain sont effarés, ils sont face à des jeunes super organisés, très mobiles et prêts à tout. C'est très chaud, ils ont vraiment la sensation qu'on veut tuer du flic" explique David Barbas, du SNOP, premier syndicat d'officiers de police . Du coté des émeutiers, on recense des armes à feu, telles que pistolets à grenaille ou fusils à pompe. Bruno Beschizza, secrétaire général du syndicat Synergie police, s'insurge de ce qu'on parle de "jeunes" préférant les termes de délinquants, voire de criminels, expliquant bien que les policiers sont visés par ces tirs par balle.
 
Comment les évènements ont-ils commencé? Tout juste après ce terrible accident, tous les uniformes ont été pris à partie aussitôt, les policiers se sont écartés (mais seraient restés présents à l'arrivée des secours selon le procureur ), craignant vraisemblablement  des représailles, les pompiers aussi ont jugé le climat trop tendu pour mener leur intervention correctement, et ont dû le retarder, le commissaire, qui courageusement et dans un esprit de conciliation s'est porté sur les lieux a été pris à partie également, plus tard on brûle une bibliothèque... Les délinquants se comportent comme s'ils avaient affaire à une bande adverse, démolissant des symboles de l'Etat, comme la bibliothèque... Les appels au calme des familles endeuillées n'ont pas suffi à calmer les esprits.
 
Après les déclarations de François Fillon  , c'est Nicolas Sarkozy lui-même qui interviendra dès mercredi, à son retour de Chine, en se rendant à Eaubonne, au chevet du commissaire divisionnaire blessé dans l'émeute, et de nombreux politiciens de tous bords se sont exprimés sur les violences de ces deux derniers jours, soulevant des sujets différents, pour tenter de comprendre cette escalade dans la violence.

Thursday 22 November 2007, a 15:58
Qui désignera le prochain Dalaï Lama?
 

Cela pourrait paraître anecdotique, mais les implications sont bien plus étendues qu'il n'y parait: le Dalaï Lama, en visite au Japon, aurait déclaré au quotidien nippon "Sankeï Shimbun", que le choix du futur Dalaï Lama pourrait se faire de son vivant: "Si le peuple tibétain veut soutenir le système du Dalaï Lama, il peut éventuellement choisir le prochain Dalaï Lama tant que je suis encore en vie. Parmi les options qui s'offrent aux Tibétains, il y a le choix démocratique par les hauts prélats du bouddhisme tibétain ou la désignation d'un successeur par moi-même", ce qui va tout à fait à l'encontre de la tradition, mais précise-t-il, "les Tibétains ne supporteraient pas un successeur désigné par les autorités chinoises".
 
En effet les Dalaï Lama dans toute la tradition tibétaine, sont désignés après la mort du dernier chef, par des moines et des maîtres spirituels qui pour le remplacer se mettent à la recherche de sa réincarnation. C'est parmi des enfants candidats qu'est désigné le nouveau chef, après avoir constaté que l'enfant a gardé des souvenirs de ses précédentes incarnations en tant que dalaï Lama, comme par exemple de reconnaître des objets lui ayant appartenu lors de sa précédente vie. Les Dalaï lama sont des bodhisattvas, c'est à dire un être éclairé qui a choisi de renaître pour le bien de tous les êtres, et ne saurait donc être désigné qu'après enquête. L'enfant désigné est ensuite emmené dans un monastère, pour parfaire sa formation bouddhiste.
 
Mais comme Pékin a décidé que chaque décision des lamas ne serait validée qu'après son approbation, cela peut faire craindre que la Chine, qui occupe le Tibet, dont le Dalaï Lama est traditionnellement le chef d'Etat en même temps que chef spirituel bouddhiste, pourrait être tenté de désigner un Dalaï Lama qui lui serait favorable. En effet, dirigé d'une main de fer depuis 1951 par la Chine, le Tibet demande, par l'intermédiaire de son chef exilé en Inde, une autonomie réelle, ce que refuse catégoriquement Pékin. Et la Chine n'a en effet pas manqué d'intervenir en déclarant que "La réincarnation d'un bouddha vivant est la seule voie de succession du bouddhisme tibétain et suit  des rituels religieux relativement détaillés et des conventions historiques", accusant de fait le Dalaï Lama de trahir toute la tradition dont il devrait être porteur.
 
Le Dalaï Lama est aujourd'hui agé de 72 ans, et bien sûr tôt au tard la question de sa succession devra se soulever, ce qui ne peut manquer d'inquiéter les Tibétains, d'autant qu'un jeune garçon de six ans a été arrêté par les autorités chinoises après sa désignation par le Dalaï Lama comme nouveau Panchen Lama, c'est à dire le deuxième personnage de l'Etat, dont l'implication est traditionnellement grande dans la recherche du nouveau Dalaï Lama, ce qui peut accréditer les craintes du peuple tibétains d'irrégularité lors des futures recherches.
 
Des informations sur le Tibet ici

Wednesday 21 November 2007, a 19:45
La Lupercale, quand le mythe rejoint la réalité
 

Des archéologues italiens affirment avoir découvert la grotte mythique, la Lupercale, dans laquelle Romulus et Remus auraient été, selon la légende, allaités par une louve, qui aurait recueilli  ces deux fils du Dieu Mars après leur abandon sur les rives du Tibre. Les deux enfants étant également fils de la vestale Rhea Silvia, fille du roi de la ville légendaire d'Alba Longa, le frêre de celle-ci avait ordonné qu'ils soient noyés dans le fleuve, pour garder le trône en héritage, mais ces ordres avaient été mal exécutées.
 
Son existence dans les murs de Rome étaient connues, en attestent des documents qui relatent très précisément les fêtes païennes qui s'y déroulaient en l'honneur du Dieu des troupeaux, Faunus Lupercus. Une fois l'an, le 15 février, en souvenir de l'allaitement de Romulus et Remus, douzes prêtres de Faunus, les Luperques (qui représentaient les grandes familles aristocrates romaines), sacrifiaient un bouc, puis touchaient avec le couteau le front de deux jeunes hommes vêtus d'un simple pagne en peau de bouc. Le sang étaient ensuite essuyé par un flocon de laine trempé dans le lait, puis les jeunes hommes, qui devaient à ce moment rire aux éclats, partaient ensuite dans la ville pour fouetter, avec les lanières du bouc sacrifié, les femmes qui souhaitaient enfanter dans l'année, pour les rendre fécondes. Le pape Gélase I avait fait interdire cette fête païenne au Vème siècle. Selon Tite Live, Romulus et Remus auraient pu être nourris par une "lupa", louve en latin, mais dans l'autre sens du mot: ce serait en fait une prostitué, ce qui expliquerait d'une façon plus historique les origines de cette légende.
 
Le ministre de la culture italien (voir la vidéo et aussi ici) a tenu à révéler en personne la découverte de cette grotte, dans laquelle Rome, la ville éternelle, trouve son origine mythique. C'est entre le temple d'Apollon et l'église Sainte-Anastasie, tandis qu'ils travaillaient sur les ruines du palais de l'empereur Auguste que les archéologues ont découvert la grotte. Englobé dans le bâtiment et révélant l'aigle impériale blanc au centre de sa voûte, la grotte est ornée de coquillage et de mosaïques et mesure 7 mètres de haut. C'est une sonde qui a été descendue dans la cavité, pour en remonter des images qui font croire qu'en effet il s'agit bien de la célèbre grotte, dont il faudra ôter les détritus avant de pouvoir poursuivre les recherches archéologiques.



Tuesday 20 November 2007, a 17:31
Grève: la France devient folle...
 

Alors que sur les quais des franciliens s'agglutinent, de plus en plus aigris de la situation, pressés et fatigués après une bonne semaine de grève, les anti grévistes s'organisent et défilent eux aussi. Deux fronts semblent se dessiner dans le pays, d'un coté les grévistes, et de l'autre les anti...
 
Ils sont venus un dimanche malgré les difficultés à se déplacer pendant les grèves. La manifestation tire son origine de groupements tels qu'Alternative libérale, plutôt favorable à l'action entreprise par Nicolas Sarkozy. Si le mouvement revendique 20000 personnes dans la manifestation, les services de police en comptent 8000. Leurs chants ne sont pas toujours très bien assurés, ils n'ont pas l'habitude de défiler ainsi. Dans le cortège, des personnes de tous les ages, parfois avec les cheveux blancs. "Nous sommes dans un pays fasciste de gauche" s'exclame une femme, relayée par un autre manifestant, qui confirme. Tous veulent pouvoir aller travailler et le disent bien haut. Les haut-parleurs crachent la chanson détournée du groupe YMCA, "SNCF, on est les rois de la France...", et les manifestants se disent pris en otage par une minorité, et mettent en avant le vote des Français dans leur ensemble.
 
Pourtant le discours des cheminots n'est pas non plus totalement faux, et sonnerait presque libéral parfois: ils expliquent avoir signé un contrat, et que selon les termes de ce contrat, la retraite "spéciale" leur a été attribuée. Ce n'est pas entièrement faux, au moment où ils signaient leur contrat, les conditions étaient définies, mais ce serait oublier que nous vivons sur un régime de retraite par répartition. Il faut dans le même temps admettre que ce ne sont pas les régimes spéciaux de retraite qui permettront par leur réforme de rééquilibrer les caisses, tout le monde peut s'en rendre compte, ce qui signifie bien qu'il ne s'agit que d'un principe, principe d'égalité entre tous, mais qui part d'une évidence: les uns ne peuvent pas travailler moins longtemps que les autres, rien ne le justifie.
 
Les cheminots ne semblent pas se rendre compte de ce que leur démarche entraîne: la SNCF a le monopole du rail, et les salariés ne peuvent toujours rentrer chez eux dans un délai raisonnable, ils prennent des jours de congés qui leur manqueront plus tard, ils sont parfois intérimaire, et sont payés à l'heure, ils y perdent donc de l'argent, ou encore ils sont chômeurs et paralysés dans leurs recherches à cause des grèves, des femmes seules aussi doivent faire garder leurs enfants sans toujours y réussir, et par delà toutes ces considérations, la grève coûtent très cher à tout le monde, pour la SNCF bien sûr, mais aussi les autres entreprises qui en pâtissent, et la note sera, tôt ou tard, présentée, à l'usager des trains également.
 
Les méthodes des cheminots et des bloqueurs d'université en général est de plus en plus contestée également. A la SNCF, certains grévistes feraient pression sur les non grévistes, les menaçant parfois physiquement, crevant à l'occasion les pneus de leurs voitures, dans les assemblées générales des universités, des groupements politiques feraient de l'entrisme au moment du vote, et les bloqueurs agissant de façon parfois arbitraire ont pu provoquer des réactions violentes des étudiants anti bloqueurs, et même, de véritable bagarres, avec intervention des CRS pour séparer les belligérants.
 
C'est toute une partie de la France qui se dresse tout doucement contre l'autre. L'un des grands sujets des présidentielles, le pouvoir d'achat, en est sûrement en partie responsable: une partie des Français veut travailler, et gagner plus d'argent, une partie des étudiants, qui pour la plupart ont été bloqués pendant les manifestations contre le CPE, veulent réussir leurs études et le faire sérieusement. Les grévistes de tout bord empêchent les autres de travailler, de profiter de leurs familles, de continuer à travailler à leurs études... et pendant ce temps-là, sur les écrans de télévision, un cheminot se plaint de finir sa carrière à 1800 euros net, sans considérer que derrière la caméra, des salariés dont le salaire n'éxcède pas les 1000 euros par mois vont le regarder, des grévistes affichent des attitudes jusqu'auboutiste, décider à cesser le travail "jusqu'à 55 ans s'il le faut", refusant tout changement.
 
Le secrétaire de la CFDT qui avait critiqué les méthodes de certains syndicalistes et leur intransigeance s'est quasiment fait "sortir" d'un défilé, se ruant dans une voiture pour leur échapper, sous la protection de son service d'ordre. Il s'était exprimé sur France2 pour fustiger une "forme de coproduction entre le gouvernement et la CGT en particulier pour organiser cette grève, pour montrer ses muscles. (...) On a d'un côté des syndicats qui ont fait croire aux cheminots qu'ils pourraient continuer à travailler 37 ans et demi alors qu'on sait pertinemment que les 40 ans pour tous les salariés dans notre pays sont inéluctables" a-t-il ajouté. "Cette grève, il faut maintenant la suspendre et négocier au plus vite", ce qui constitue, il faut bien l'admettre, l'attitude la plus raisonnable. La grève montre un triste visage de certains syndicats, dont quelques uns sont dépassés par leur base, qui ne souhaite pas de négociations, et les porte-paroles, qui ont été élus par ces mêmes base, ne peuvent que se laisser déborder, ou se trouver par la suite totalement discrédités. 
 
Toute cette agitation et cette intransigeance sont d'autant plus regrettable qu'aujourd'hui ce sont les fonctionnaires qui se sont jetés dans la rue, pour le pouvoir d'achat, parmi eux des enseignants dont le métier est difficile, mais aussi des infirmières, dont on connaît les difficultés. Or le pouvoir d'achat est un sujet qui touche chaque Français, bien au delà des régimes de retraite spéciaux, et qui ne devrait pas monter les Français les uns contre les autres. Mais la grève des cheminots occulte cette nouvelle manifestation. En attendant, si la grève continue encore longtemps, ce sera au détriment des salariés, qui pour la plupart n'en peuvent plus.
 
La vidéo de la manifestation anti grève



Tuesday 20 November 2007, a 11:13
La Marseillaise, sifflée pendant le match France-Maroc
 

La presse en a relativement peu parlé: la Marseillaise a été sifflée lors du match France-Maroc, autant dire Maroc-France, puisque le stade était presque entièrement constitué de supporters "marocains", bien qu'il se soit déroulé au stade de France, à Saint-Denis. C'est à peine si quelques journaux en relatant le déroulement du match l'évoquent.
 
Ce n'est pas sans rappeler le match France-Algérie, au cours duquel la Marseillaise avait aussi été sifflée, ce qui avait donné lieu à des amendes pour les supporters indélicats. La classe politique qui s'était tue avait même fini par intervenir, jusqu'à ce que Jacques Chirac, au cours d'un second match ne quitte le stade, la Marseillaise étant à nouveau sifflée, en se donnant l'air tout à fait outragé, mais d'une façon assez peu crédible.
 
Il n'y a guère que les blogs pour s'en offusquer aujourd'hui. Jean-Michel Larqué aurait déclaré:  "ce sont les mêmes qui quand on les prend en flagrant délit, disent qu'on leur manque de respect"..  Des joueurs marocains déplorent les sifflements tout en remarquant que seul le début de l'hymne a été sifflé, et l'un d'eux, Evra fait la réflexion suivante: "Je n'ai pas vu un seul maillot tricolore, en tout cas, s'il y en avait, je ne les ai pas vus."   Lorsque par la suite les joueurs français prennent la balle au pied, ils sont eux aussi copieusement sifflés. Pour le joueur Marouane Chamakh "Il y avait plein de Marocains dans le Stade, c'était très chaleureux. On avait hâte de faire un bon match pour ce public-là. On s'est senti un peu chez nous. Ça nous a fait chaud au cœur…"
 
Sur un blog , Yoann Defaix commente "Mon indignation aurait été la même si les sifflets avaient visé l'hymne du Maroc. Mais là, ce sont des Français d'origine marocaine, ou binationaux, qui houspillent leur pays, la France."  Ailleurs, "le Fou-losophe" s'indigne "En effet, l'hymne national français, s'il avait été joué au Maroc, n’aurait jamais été "souillé" de la sorte! Non, les Marocains respectent le peuple français comme les français respectent le peuple marocain! (...) Il n'est pas difficile d'analyser le problème: des français d'origine maghrébine en mal-être, qui, pour seul défouloir, sifflent ce qui représente le mieux notre nation (mais aussi la leur!)"
 
Mais finalement peu de réaction de la part des médias classique, si ce n'est le compte-rendu du match dans la presse: oui, la Marseillaise a été sifflée nous relatent-ils, mais il s'agit d'un bon nul à l'extérieur, comme dirait Jérome Rothen. Aucune réaction politique à  ce jour concernant les sifflements. Mais où se trouve Nicolas Sarkozy qui exaltait tant la nation? L'on peut croire que si l'hymne européen avait été sifflé, il se serait manifesté. Et Ségolène Royal, qui avait proposé que le jour du quatorze juillet, chaque famille mette son drapeau tricolore aux fenêtres n'a rien à dire non plus? Non... Les drapeaux ont été rangés, peut-être jusqu'aux prochaines élections, si c'est encore à la mode bien sûr, et si cela plaît aux électeurs, ce peuple qui se croit souverain, alors on enlèvera la poussière qui se sera accumulée dessus, et l'on reparlera de la pucelle d'Orléans, comme on sort les vieilleries du grenier.
 
Il est pourtant légitime d'aimer un drapeau et d'aimer un hymne, cela ne fait de personne un va-t-en guerre ou une brute sanguinaire, encore moins un ignoble "fasciste". L'hymne n'a pas la même signification dans un stade de foot ou lorsqu'il est chanté sur les champs Elysées à la libération, mais se respecte en tant que symbole. Il est un peu regrettable que notre société n'en ait plus conscience et que nos politiciens, si soucieux par ailleurs de les utiliser lorsqu'ils leur sont utile ne jugent pas bon de les faire respecter.



Tuesday 20 November 2007, a 00:32
Un monastère orthodoxe détruit illégalement en Turquie par des fonctionnaires
 

C'est le site Zenit.org qui nous l'apprend: le monde orthodoxe s'est ému de la destruction récente , le 13 novembre dernier par des fonctionnaires du gouvernement turc, d'un monastère orthodoxe vieux de plusieurs siècles, sur l'Ile des Princes. La destruction est illégale, et l'est d'autant plus qu'il s'agit d'un batiment historique. L'Ordre de Saint-André, dont le siège est à New-York s'est exprimé à travers un communiqué, soulignant que "le monastère du Saint-Sauveur avait survécu à de nombreux incendies et tremblements de terre au cours des siècles".
 
Le communiqué ajoute "Détruire un édifice sacré d’une telle importance historique et culturelle, est incivil et d’autant plus injuste que la ville d’Istanbul a été choisie comme capitale européenne en 2010". Une lettre a aussi été envoyée au chef du district des Iles des Princes, par le Patriarche oecuménique Bartholomée, dans laquelle le Patriarche exprime des "sentiments de déception et d’émoi". Le monastère qui était en phase de restructuration a été investi par les fonctionnaires qui ont jeté les tuiles, détruit les cadres, et sont allé jusqu'à menacer les habitants aux alentour. Si l'on en croit le communiqué de l'Ordre de Saint-André, ce ne szerait pas la première fois que le monastère serait visé: "Au nom de tous les peuples de foi qui attachent de la valeur à la liberté religieuse (...) nous exhortons le gouvernement turc à mettre immédiatement fin à la destruction de ce monastère historique et à l’incessante persécution contre les humbles gardiens et travailleurs qui vivent dans les propriétés du monastère ".
 
Le patrimoine turc est riche d'anciennes traditions chrétiennes et d'églises des premiers siècles. A Istambul se trouve par exemple l'église Saint-Sauveur-in-Chora , splendide église transformée en mosquée, puis en musée, et dont les fresques, conservées derrière les matériaux qui servaient à les cacher, comptent parmi les plus belles du monde byzantin. Il serait donc particulièrement regrettable que ne soit pas prise en compte les plaintes parfaitement justifiées de l'Ordre de Saint-André, considérant la richesse historique du patrimoine qui se trouve dans le pays. 

Monday 19 November 2007, a 21:36
Le procès d'un deuxième frère de Rachida Dati, Omar,
 

L'avocat s'étonne de voir la presse dans la salle pour un procès qu'il qualifie de "banal", en évoquant une "curiosité malsaine et d'une tentative de pression inadmissible sur les juges"  avant de raconter le parcours de l'accusé depuis sa mise en examen: "Il a fait des bêtises pendant une période de sa vie mais il est sorti d'une spirale infernale. Il s'est réinséré tout seul, il travaille, a construit une maison. C'est contre-productif de l'envoyer en prison". Pourtant malgré tout ce que pourra dire l'avocat, son client n'est pas comme les autres, puisqu'il est le frère du garde des sceaux.
 
Omar Dati, n'est pas présent dans la salle d'audience, et selon son avocat, un de ses enfants a des problèmes de santé grave, qui nécessitaient sa présence à Lyon, pour des séances de chimiothérapie, personne n'ayant pu le remplacer. "c'est un dossier de stupéfiants intolérable, car le grossiste et son adjoint Dati ont déjà eu affaire à la justice pour des faits de même nature" affirme le procureur, et en effet, "Dati" a reconnu lui-même avoir "dealé" pour 5 à 6000 euros de cannabis en l'espace de deux ans. En 2001, il avait été condamné à 4 mois avec sursis pour trafic d'héroïne, mais cette fois-ci il s'agit de cannabis, et plus précisément, il est poursuivi pour "acquisition, détention, transport, usage et offre ou cession", aux cotés de quatre autres personnes, dont son grossiste, Riadh Boukadida.
 
La presse avait révélé au moment du procès de Jamal Dati, autre frère du ministre de la justice a avoir été condamné pour des faits relativement similaire, qu'Omar Dati avait été placé en contrôle judiciaire au mois de juin 2005. Les faits ayant été commis en 2004-2005, ils sont antérieurs à la loi sur la récidive. Sorti d'une spirale infernale ou non, le frère de rachida Dati n'arrange pas les affaires du ministre, qui a déjà fort à faire avec sa carte judiciaire auprès des magistrats. Il ne faudrait pas que l'habitude s'installe de voir la famille du garde des sceaux sur le banc des accusés, cela reste du plus mauvais effet: le garde des sceaux est aussi un garant de moralité, d'une certaine façon.

Saturday 17 November 2007, a 17:45
Carte judiciaire: "c'est aller à contresens de l'Histoire"...
 

 

La nouvelle réforme de la carte judiciaire organisée par le garde des sceaux prend forme, et se dessine un peu plus clairement à présent, mais elle est finalement moins ambitieuse que prévu. En effet, suivant le projet initial, il s'agissait d'aligner la carte des tribunaux de grande d'instance sur la carte des départements. S'il y eut beaucoup de protestations, il faut croire qu'elles ont été entendues par le ministre qui a revu à la baisse les prétentions de la réforme, ministre qui avait fait paraître un article dans les colonnes "débats" du Figaro, dans lequel il expliquait que la carte judiciaire avait besoin d'être rénovée, puisque datant de 1958, expliquant que les "Français veulent une justice plus proche, plus efficace, plus humaine et plus accessible", arguant du fait qu'en regroupant les tribunaux, ils seront plus efficace "en favorisant le recours aux nouvelles technologies". L'argument principal, est que la carte judiciaire date de 1958, et qu'en tant que telle, elle a fort besoin d'être rénovée. "La proximité géographique ne doit pas être confondue avec la proximité judiciaire" dit-elle. En conséquence, 176 des 473 tribunaux d'instance, c'est à dire les tribunaux qui traitent principalement de la mise sous tutelle, mais aussi des expulsions et du surendettement, seront supprimés ainsi que 23 des 181 tribunaux de grande instance du pays.
 
Maître Eolas détaille sur son blog ce que sont ces différents tribunaux, à la date du 25 juin, et donne un éclairage tout à fait essentiel sur cette réforme qui au moment où il l'écrit, n'est pas encore définitivement tracée, donnant un contre-argument  pour la date de 1958 dans un article plus récent: "le projet de départ était d'aligner la carte des tribunaux de grande instance sur la carte des départements qui date de 1790." Il précise notamment que la carte judiciaire "a été modifiée à de nombreuses reprises, notamment avec la créations des tribunaux de grande instance de Nanterre, Bobigny, Créteil au début des années 70, et de la cour d'appel de Versailles en 1975. Dire que cette carte date de 1958 est donc faux." Personne ne conteste au sein de la profession que la carte avait pourtant besoin d'être réformée, prend-il soin de préciser.
 
Sous l'article de Rachida Dati, un commentaire affirme que les Français ne veulent justement pas avoir affaire à la justice, et que pour les citoyens honnête ce n'est jamais le cas. Pourtant la question est plus importante qu'il n'y parait puisque les tribunaux supprimée concernent le quotidien, le droit de la famille, c'est à dire les divorces ou d'autres sujets, tels que le droit de visite des grand-parents (ce qui touche aussi les parents bien sûr) par exemple, mais aussi la mise sous tutelle à laquelle tôt ou tard, les justiciable pourront être confrontés, ou encore le surendettement qui explose dans notre pays, et le sujet préoccupant des expulsions de domicile.
 
Plus les tribunaux sont éloignés, plus les frais pour s'y rendre s'élèveront en conséquence,les tribunaux se trouvant rarement à proximité des gares. Pour une personne agée cela peut être problématique, c'est la raison pour laquelle le garde des sceaux l'évoque dans son article: "si une personne mise sous tutelle ne peut venir au tribunal, le juge et son greffier se déplaceront à l'hôpital ou dans la maison de retraite." On imagine pourtant mal les juges et les greffiers se rendre ainsi dans les maisons de retraite... Selon Arnaud Montebourg, 800 000 personnes  seraient à ce jour concernées par la mise sous tutelle. Le garde des sceaux ajoute: "le contentieux familial continuera à être traité dans les tribunaux d'instance renforcés, là où il n'y aura plus de tribunaux de grande instance", ces mêmes tribunaux d'instance qui ont pour nombre d'entre eux été supprimés...(!) On peut imaginer une femme (ou un homme) seule avec des enfants, contrainte de subvenir à leurs besoins parfois difficilement, prendre une journée de congés, faire garder ses enfants, pour se rendre au tribunal, loin de son domicile, tandis que l'aide juridictionnelle sera aussi réformée normalement sous peu (cela est détaillé ici )
 
La moitié des 271 conseils de prud'hommes devraient aussi être supprimée, selon Brigitte Bruneau, secrétaire général de l'Union syndicale autonome justice (USAJ) qui s'attend à une telle annonce pour la fin du mois, et pour le Syndicat de la magistrature, il ne s'agit dans le cadre de carte judiciaire que d'une logique de rentabilité, car les tribunaux sont supprimés en fonction de leur seuil d'activité. Et pourtant cela devrait coûter fort cher en terme d'aménagement, sans évoquer les employés qui devront être redéployés, d'un tribunal à l'autre.
 
Sur son blog, Maître Eolas, qui a pris soin de préciser dès le départ que les avocats sont "des professions libérales et nous devons nous adapter au fait du prince", ajoutant dans son billet plus récent:"Une réforme cohérente aurait voulu que l'on déplaçât des juridictions isolées vers des nouveaux pôles urbains, et qu'on en augmente plutôt le nombre. Or c'est tout le contraire. On concentre et centralise. C'est aller à contresens de l'histoire."
 
Le "fait du prince". Oui, le prince et la justice vont toujours de paire, ce n'est pas nouveau! Du jugement de Salomon au chêne de Saint-Louis, c'est bien la tradition qui nous le rapporte, le prince a à sa charge d'organiser la justice dans l'Etat, et il est jugé selon son bon sens. Une petite réflexion autour du billet de Mme Dati: Les tribunaux devront "traiter des contentieux de plus en plus complexes, compte tenu de l'application croissante des règles de droit international et européen." Eh bien soit! Mais n'y a-t-il pas trop de lois en France , pour tout et pour rien ? Ce serait peut-être une piste...? D'autant plus que les procès coûtent fort cher, au citoyen concerné aussi.
 
Le lecteur aura tout à gagner à consulter le blog de Maître Eolas. Lire surtout ceci.

Saturday 17 November 2007, a 10:17
La chanson officielle de la grève
 

  Trouvée sur Bafweb.



Thursday 15 November 2007, a 21:57
Journée de grève!
 

(Ce très bon dessin est de Hub, et a paru sur come4news

 

Bien sûr, la grève, c 'est d'abord un véritable souci pour chacun, il faut rentrer à l'heure pour les enfants,  supporter les longues attentes dans les gares, ou encore l'épuisement après une journée passée à courir après des trains ou des bus bondés, dans lesquels on va s'entasser, se faire écraser par les autres voyageurs, et parfois supporter des odeurs un peu gênantes, particulièrement en fin de journée. C'est dans un premier temps les gens excédés, qui se disputent pour une place dans un wagon, et les personnes du quai qui apostrophent les passagers dans les trains, pour qu'ils se poussent dans les couloirs du train entre les deux rangées de sièges. C'est aussi les disputes entre passagers pour un oui ou un non, de ceux qui déclament que, comme tout le monde, ils veulent rentrer chez eux...

 
Mais parfois, c'est aussi les autres, ceux devant lesquels on passe chaque jour, dont on connaît le visage, mais auxquels on a jamais adressé la parole, c'est le voyageur qui se trouve au milieu du wagon, et qui ne pouvant se retenir à quoi que ce soit, se retient à vous, s'excusant et vous remerciant de l'avoir empêché de tomber. Ce sont les voyageurs qui s'entraident enfin, prenant soin du passager avec un enfant, pour qu'il ait de la place, et qui pour une fois, se parlent, allant jusqu'à plaisanter entre eux. De tous ces passagers que nous croisons presque quotidiennement dans le train, connaissant leurs habitudes de voyageur transilien, les retrouvant parfois le soir, sur le quai, à Paris, après une journée de travail.
 
A la gare du nord,dans le bus qu'une petite foule a quasiment pris d'assaut dès son départ, les passagers s'acclimatent les uns aux autres, en cherchant le bon appui pour être un peu plus à l'aise. Un panneau clignotant affiche "bienvenue dans le bus de la ligne 38, nous vous souhaitons un bon trajet". Un peu gênés d'abord par la promiscuité inévitable, chacun finit par se détendre, au point de s'amuser un peu de la situation. Une passagère demande un conseil à son voisin: quelle sera la meilleure solution pour atteindre la station de métro habituelle? Remonter le boulevard? prendre telle rue? Si le voisin semble ravi de la renseigner, il n'est pas le seul, d'autres passagers se joignent à lui pour aider la femme à trouver son chemin. Puis l'on découvre que pour la plupart, les passagers sont perdus: pas facile de s'orienter dans Paris, lorsqu'on connaît mieux le plan du métro que le plan de la ville! Tout le monde alors se donne donne de bons conseils...
 
Cela ne se passe pas toujours ainsi, et c'est regrettable. Inutile pourtant de s'énerver, inutile de se disputer pour trouver sa place, avec un peu de patience, on voyage parfois plus à l'aise. Un peu de courtoisie et d'entraide, font parfois du bien dans une journée épuisante et plus difficile qu'à l'accoutumée. Même si le lendemain, bien sûr, les passagers qui la veille ont pu sympathiser, reprendront la même attitude indifférente...
 
Sauf pour les plus belles rencontres...

Thursday 15 November 2007, a 13:39
Traité européen : Sarkozy coupable de haute trahison
 

  Cet article, écrit par Olivier Bonnet, a paru sur Come4news le 15 novembre, sur le lien suivant: http://www.come4news.com/traite-europeen-sarkozy-coupable-de-haute-trahison-1195128338.html

 

anne_marie_le_pourhiet"Le projet de «traité modificatif» (reform treaty) européen a été rendu public le vendredi 5 octobre. On comprend à sa lecture pourquoi ses rédacteurs ont renoncé aux expressions de «mini-traité» ou de «traité simplifié» puisqu'il ne comporte, avec ses douze protocoles et ses 25 déclarations diverses, pas moins de 256 pages et qu'en matière de complexité rédactionnelle on peut difficilement faire pire. Dans la mesure où ce texte se borne en réalité à recopier sous une autre forme les trois quarts des dispositions du traité établissant une constitution pour l'Europe, il eût certainement été plus simple de reprendre le texte initial en en rayant seulement les dispositions symboliques abandonnées. On comprend cependant que cette formule ait été écartée car elle aurait manifesté de façon trop criante que l'on se moquait ouvertement de la volonté des peuples français et néerlandais" : cette analyse n'est pas de n'importe quel gauchiste hirsute - ni souverainiste au crâne rasé - mais d'Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l'université de Rennes et auteur de droit constitutionnel, dans un texte titré Haute trahison.

Elle y ose la formule de "coup d'Etat", argumentée ainsi : "comment le président de la République peut-il décider seul, alors que le peuple français a juridiquement rejeté lintégralité du traité, de faire cependant ratifier par voie parlementaire la majeure partie des dispositions quil contenait au motif que celles-ci «nauraient pas fait lobjet de contestations» ? (...) On pouvait peut-être apercevoir que le «non» de gauche déplorait davantage la menace sur lEtat-providence et le «non» de droite la perte de lEtat régalien, mais il est certainement impossible et inconcevable de sonder le cerveau de chaque Français en prétendant y déceler des dispositions quil aurait rejetées et dautres quil aurait approuvées. La démarche du président de la République prétendant interpréter seul la volonté du peuple français est totalement arbitraire et confine à la dictature. (...) on ne peut quêtre bouleversé par le coup dEtat ainsi perpétré en France. Si le président a la conviction que les dispositions restant dans le traité modificatif ont fait lobjet dune approbation implicite des Français, encore faut-il quil sen assure en organisant un nouveau référendum tendant à obtenir leur accord explicite. Comment qualifier et sanctionner, dès lors, un tel coup dEtat ? Le non_r_f_rendumtexte de la très populaire Constitution de 1793 ny allait pas de main morte en disposant, dans son article 27 : «Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à linstant mis à mort par les hommes libres». La peine de mort étant désormais prohibée par la Constitution française il convient de sy conformer et de se tourner plutôt vers larticle 35 du texte de 1793 qui affirmait solennellement : «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, linsurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs». La Déclaration des droits de lhomme et du citoyen de 1789, intégrée au préambule de lactuelle Constitution, range aussi la résistance à loppression parmi les droits naturels et imprescriptibles de lhomme. Notre texte constitutionnel affirme encore que le principe de la République est «gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple» et que son président est élu au suffrage universel direct pour veiller au respect de la Constitution, assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et la continuité de lEtat et garantir lindépendance nationale. Le terme qui vient à lesprit pour désigner le mépris présidentiel de la volonté populaire est évidemment celui de haute trahison. Malheureusement, une révision des dispositions sur la responsabilité pénale du chef de lEtat, intervenue en février 2007, a substitué à lantique et belle formule de haute trahison, lexpression affadie et banale de «manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec lexercice de son mandat». Cela manque singulièrement dallure et de force mais lon sen contentera cependant en proposant aux parlementaires, au lieu de commettre eux-mêmes une forfaiture en autorisant la ratification dun traité rejeté par leurs mandants, de se constituer en Haute Cour pour sanctionner le coupable. Sans insurrection ni destitution, nous naurons alors plus quà pleurer sur notre servitude volontaire en réalisant que nos élus représentent bien ce que nous sommes nous-mêmes devenus : des godillots." Et en plus, il avoue !
sarko_telegraphLe futur Président l'avait annoncé clairement dès mars dernier : il n'organiserait pas de référendum justement par crainte que le vote ne soit négatif. Un cran dans le cynisme vient d'être franchi, comme le rapporte le quotidien britannique The Telegraph dans son édition d'hier. Sarkozy a en effet déclaré, lors d'une réunion à huis-clos de parlementaires européens à Strasbourg : "La France nétait quen avance sur les autres pays dans son vote pour le «non». La même chose arriverait dans tous les Etats membres si un référendum y était organisé. Il y a un clivage entre les peuples et les gouvernements. Un référendum aujourdhui mettrait lEurope en danger. Il ny aura pas de traité si un référendum a lieu en France, et il en va de même pour un référendum au Royaume-Uni." S'il ne veut pas de référendum, ce n'est donc pas de peur que la réponse soit négative mais parce qu'il en possède la certitude : c'est bien en quoi celui qui incarne la souveraineté du peuple français, en violant délibérément sa décision, se rend effectivement coupable de haute trahison. A noter qu'aucun média français ne s'est fait l'écho de la scandaleuse déclaration présidentielle. Seuls en parlent sur le Web le Collectif du 29 mai, qui a mis en ligne une pétition, et Solidarité & Progrès, le parti du controversé Jacques Cheminade. Pour notre part, après un premier billet titré La démocratie confisquée, nous avons publié un Appel à la gauche parlementaire, non pas à réunir la Haute Cour de justice pour destituer le félon - nous n'osons en rêver - mais simplement pour refuser la modification constitutionnelle nécessaire à la ratification parlementaire, et ainsi à obliger Sarkozy à organiser un nouveau référendum. Faute de quoi, comme l'écrit Anne-Marie Le Pourhiet, ils commettraient eux-mêmes une forfaiture. Nous réaffirmons évidemment cette exigence.

Wednesday 14 November 2007, a 20:12
Vers la fin du mythe de mai 68?
 

 

La vidéo que diffuse Rue 89 est particulièrement parlante sur les désaccords qui existent autour de la loi de réforme sur les universités. L'exaspération semble être à son comble entre les étudiants qui souhaitent aller en cours, et ceux qui souhaitent le blocage.
 
Ils sont alignés devant les portes de l'université, interdisant le passage, et face à eux, une rangée de CRS est acclamé par la foule des autres étudiants. "Allez les bleus" clament-ils pour encourager les CRS à charger les "bloqueurs",  et en chantant la Marseillaise, puis ils crient de joie lorsque les bloqueurs sont emmenés, brusquement par les CRS qui les chargent, afin de dégager l'entrée..
 
Aurait-on imaginé cela il y a quelques années? Traditionnellement les étudiants sont plutôt positionnés dans la lignée un peu romantique de mai 68, avec son cortège de manifestants chargeant les CRS,  et jetant des pavés en prétendant que la plage se trouvent en dessous.
 
En passant les portes pour aller en cours, les étudiants qui hurlaient à la liberté d'étudier, s'engagent en levant les bras en signe de victoire, devant les étudiants déboutés l'instant d'avant de l'entrée, et prennent des airs un peu provocateurs. Est-ce la fin du mythe de mai 68? Et si l'on en croit certains témoignages, les bloqueurs n'auraient pas eut des attitudes très démocratiques dans leurs façons d'envisager le blocage des universités.



Tuesday 13 November 2007, a 19:15
Grèves: au sujet des votes dans les AG
 

 

"L'université doit demeurer un lieu ouvert, où le débat et l'échange d'idées doivent pouvoir se faire librement" déclarait le président de l'université de Lyon II lors d'un communiqué alors que des étudiants occupaient lundi les locaux du campus de Bron, empêchant la tenue des cours, avant de voter la reconduction de la grève. De fait c'est une dizaine de sites qui sont bloqués par la grève dans les universités, après des votes qui ne seraient manifestement pas toujours fait dans le sens du débat et de l'échange d'idée si cher au président...
 
A Rennes, après qu'une majorité se soit déclarée contre le grève, des étudiants radicaux ont empêché le déroulement des cours, et plus grave: "Au moment d'ouvrir les portes, à 08h00 ce matin, une centaine d'individus armés de barres de fer et de barres de bois se sont interposés et nous avons décidé de laisser l'université fermée par mesure de sécurité" selon le vice président qui ajoute qu'il était prévisible que le vote ne soit pas reconnu. Pourtant l'issue du vote était claire: 62% était contre la reconduction...
 
A Nanterre, ce sont les CRS qui ont du intervenir face à des "étudiants" , après que de la même façon les votes ont confirmé qu'une majorité d'entre eux souhaitaient reprendre les cours. C'est à coups de matraque que les "bloqueurs" ont été délogés de la fac, pendant que d'autres étudiants encourageaient les forces de l'ordre, en criant parfois "Allez les bleus", et en évoquant la liberté d'étudier. Le président de l'université avait tenté de calmer la situation "mais la tension montait et nous avons dû faire intervenir la police" a-t-il déclaré.
 
A Nanterre, en marge des évènement, un étudiant aurait déclaré à l'AFP "Ce qui se passe est malheureux, mais si l'élection en AG avait été vraiment démocratique, on en serait pas là". Vraiment démocratique, de fait, la question peut se poser. Sur un blog favorable à la réforme, les méthodes des bloqueurs sont étalées, évoquant tout l'aspect anti-démocratique des votes, et leur infiltration par des mouvements politiques extérieurs, citant le président de l'université de Nanterre: " une centaine d'individus, issus des groupes comme la CNT, SUD-Etudiants ou la LCR, se déplacent de fac en fac. Le 8 novembre, comme le site de Tolbiac de Paris-I était fermé, ils sont venus à Nanterre". Parmi les méthodes des bloqueurs: Faire venir les copains... pour voter!
 
Dans certains cas, les bloqueurs font passser le temps, et plus déterminés, lorsque les étudiants défavorable sont repartis, reprennent le vote pour décider... le blocage. Le site wikipedia également décrit les conditions de vote, en évoquant des mouvements politiques extérieurs: "Un Collectif étudiant contre l'autonomie des universités (CECAU), formé de syndicats non représentatifs[36] se revendiquant du « syndicalisme de lutte » (SUD Étudiant et la Fédération syndicale étudiante) ou les mouvements de jeunesse du Parti Communiste Français et de la Ligue Communiste Révolutionnaire[31], s'est formé pour conduire le mouvement".
 
Peut -on encore parler de débat et d'échange d'idées? Les différentes descriptions des évènements dans les universités font craindre le contraire. Un débat serein serait pourtant nécessaire, autour d'une réforme qui pourrait être qualifiée d'audacieuse, et qui par ses nouveautés pourrait n'être pas judicieuse, ou pourrait être complétée dans un esprit de concertation. Mais l'aspect anti-démocratique de ces manifestations, et leur précipitation empèche de fait tout débat serein...
 
La coordination étudiante a également appelé à bloquer les gares pour accompagner la grève des cheminots, qui pourtant n'a aucune liaison directe avec la loi relative aux universités, ce qui est naturellement dangereux comme le rappelle la présidente de la SNCF, ainsi que le président de l'UNEF, Bruno Juliard, qui appelle appelle malgré tout à se joindre aux cheminots pour les manifestations. de demain.

Monday 12 November 2007, a 21:58
Grotesque...
 

 

Bernard Kouchner a jugé bon d'aller chanter dans les locaux du label allemand Plak Music avec le chanteur de R'N'B turc Muhabbet, en compagnie de son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, selon le Figaro, qui s'est procuré un enregistrement de la chanson, le titre: «Deutschland».
 
Le Figaro explique l' "Objectif de l'opération: promouvoir «l'harmonie» franco-allemande et l'intégration des minorités turques en Allemagne. " Le refrain que les ministres devaient reprendre n'était pas bien compliqué: il s'agissait de chanter Frankreich, et aussi Deutschland... Je laisse à chacun le loisir de juger des talents de chanteur de nos deux ministres.
 
On voit mal cependant en quoi cette chanson pourrait servir une cause quelconque, ni même en quoi les deux ministères, français et allemands pourraient en ressortir grandis. S'agit-il de persévérer dans la "pipolisation" de la classe politique? Les ministres ne sont-ils pas suffisamment occupés comme cela, avec déjà des cumuls de mandats ?
 
Quoi qu'il en soit, et sait-on jamais, puisque cela pourrait devenir un refrain à la mode, pourquoi pas lors réunions de ministres européens, voici de quoi s'en faire une idée:



Sunday 11 November 2007, a 21:25
Les élections municipales et les membres du gouvernement
 

 

Ils sont membres du gouvernement, parfois ministres, sur des postes qui demandent un véritable engagement de chaque jour, mais ils se présenteront aux prochaines élections municipales, sur des listes UMP. Le site "l'internaute"  fait le point sur les membres du gouvernement qui seront candidats aux élections municipales, ou qui tout au moins l'envisagent, lorsqu'ils ne le sont pas déjà. Ils sont au nombre de 23. Certains d'entre eux sont déjà conseillers municipaux, c'est le cas du premier ministre François Fillon, mais aussi de Jean-Louis Borloo par exemple, d'autres sont maires comme Eric Woerth ou Hervé Morin, parfois ils se sont fait élire alors qu'ils étaient déjà au gouvernement. D'autres éventuels candidats se déclarent, telles Rachida Dati ou Rama Yade, qui donnent actuellement des entretiens en ce sens. 
 
Dans un entretien au Parisien, Rachida Dati argumente: "Cet engagement d'élu local, j'y ai beaucoup réfléchi. Ce sera, de ma part, un engagement entier, en prise directe avec les problèmes des Parisiens.". Le discours est étonnant, comment pourrait-elle s'investir dans son poste de garde des sceaux en même temps que dans celui de conseiller municipale, "entièrement"? Elle ajoute bien qu'elle "adore Paris", et qu'elle est manifestement ravi de s'y présenter, qu'elle connaît bien la capitale, qu'elle y vit. Certes, c'est une belle profession de foi... Mais la question qui pourrait venir ensuite, est de savoir si elle démissionnera de son poste actuel pour mener un "engagement entier"... Rama Yade aussi a décidé de se présenter à Colombes , et l'a fait savoir dans le journal du dimanche . Ici aussi, il s'agirait "d'un choix du coeur". Elle déclare au journaliste sur ce sujet, à la question: " Si vous êtes élue, serez-vous vraiment présente en mairie?
Je ne souhaite pas devenir maire, ni première adjointe. Je vais y aller avec modestie et sérieux. Par ailleurs, dans le gouvernement, des ministres importants arrivent très bien à être aussi maires de grosses villes." Elle précise qu'elle connaît bien cette ville pour y avoir des attaches familiales. Là aussi, la question de l'engagement de l'actuelle secrétaire d'Etat pourrait poser question.
 
En effet, des ministres importants sont déjà maire, c'est ce que nous relevions en tête d'article, et il est fort probable qu'ils se représentent encore aux prochaines élections. Mais n'est ce pas contradictoire? Peut-on cumuler plusieurs fonctions? Ministre, maire ou conseiller municipal, parfois ministre et député, c'est à dire député pour rien, puisqu'un ministre ne saurait siéger parmi les autres députés de l'assemblée. A ce titre il est particulièrement inquiétant pour notre démocratie que des électeurs puissent voter pour un ministre lorsqu'il se présente pour ce poste. Nous tombons là dans la vieille manie droite-gauche de notre pays. Qu'un député soit maire en même temps peut après tout se concevoir, car de par sa position, le maire est plus proche des citoyens de chaque jour, et rencontrera les difficultés de ces administrés pour lesquels il pourra proposer des lois dans le cadre de l'assemblée, qui seront directement inspirée par son expérience. Mais hélas, les députés proposent rarement des lois à titre individuel, ils sont d'un parti, et bien souvent le suivent, d'autant que la plupart des lois émanent à présent du parlement européen...
 
Si l'on en croit wikipedia et l'internaute, le cumul de mandats est presque de règle chez nos ministre: François Fillon  le premier ministre: Depuis 1998 : conseiller régional des Pays de la Loire. Avril 1998 - mai 2002 : président du Conseil régional des Pays de la Loire. 2002-2004 premier vice-président du conseil régional de Pays-de-la-Loire.Depuis 2001 : conseiller municipal de Solesmes dans la Sarthe. Président de la Communauté de communes du district de Sablé-sur-Sarthe. Et l'homme semblait se plaindre récemment de ne pas pourvoir intervenir plus régulièrement en tant que ministre, quelle forme! Quant à Jean-Louis Borloo Ministre d'État, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables , il est actuellement: mars 2001 - mars 2008 : réélu maire de Valenciennes, dans le Nord. Dominique Riquet, chirurgien, lui a succédé, Borloo devenant premier adjoint du maire de Valenciennes, sans jamais y siéger. mars 2001 - mars 2008 : président de la Communauté d'agglomération de Valenciennes, « Valenciennes Métropole ». Xavier Bertrand, Ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité  est Depuis 2001 : Vice-président de la Communauté d'agglomération de Saint-Quentin . Michèle Alliot-Marie, ministre de l'intérieur:"juin 2007 - en cours : réélue députée de la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques ", Hervé Novelli: Mandat depuis 2004:Adjoint au maire de Richelieu (Indre-et-Loire) conseiller régional du Centre, élu en Indre-et-Loire (depuis mars 2004); président de la communauté de communes du pays de Richelieu (depuis 2001) Réélu en 2007 Député d'Indre-et-Loire (4e circonscription). Il est également PDG d'une PME de vingt salariés. Fadela amara, secrétaire d'Etat, serait toujours conseillère municipale (PS) de Clermont-Ferrand selon l'Internaute  Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale, serait encore Maire de Périgueux, Eric Woerth pour le budget, les comptes publics et la fonction publique, à Chantilly, et le lecteur peut persévérer sur wikipedia et l'internaute pour sa région, la liste des ministre qui pourrait se présenter figure sur le site l'internaute.
 
Comme nous pouvons le voir, les membres de nos gouvernements sont fort occupés, trop peut-être! Il y aurait pourtant une solution pour épargner cette surcharge de travail à nos ministres et à nos secrétaires d'Etat: ne pas voter pour eux. Épargnons leur cette gymnastique, en votant pour d'autres listes, si possible de candidats indépendants pour les élections municipales ou législatives. Il ne serait pas superflu de trouver un nouveau système de représentation pour les élections municipales, ce serait un excellent moyen de rénover notre classe politique, loin des grandes écoles telles que l'ENA...
 
PS: Et s'ilvousplait, chers lecteurs, n'ayez pas le mauvais esprit d'aller chercher combien chaque poste (jamais occupés dans certains cas) cumulé rapporte en espèce sonnante et trébuchante, en les cumulant en sus avec les différents postes occupés. Ce serait sûrement faire preuve de mauvais esprit, tout de même...!
 
Ne pas hésiter à lire l'internaute sur ce sujet.

Sunday 11 November 2007, a 21:21
Une page de pub
 

  Et sans transition, une petite page de réclame:



Saturday 10 November 2007, a 16:15
Une jeune belge originaire du Pakistan, tuée par son frére
 

 

Sadia Sheick avait 20 ans, elle était jolie, pleine de joie si l'on en croit ses photos, et elle fréquentait un jeune belge, ce qui n'était pas du goût de ses parents, originaire du Pakistan, qui considéraient que leur fille était trop "occidentale". Un mariage avait été arrangé pour elle, avec un Pakistanais, ce qu'elle avait refusé au point de fuir le domicile familial plutôt que d'y être forcée. Et puis, plusieurs mois après sa fuite, en se rendant à une invitation de ses parents, elle a été tuée devant leur domicile par son frêre, Moussafa.
 
C'est le 26 octobre que les coups de feux ont retenti dans les rues de Lodelinsart. Sadia Sheick s'attendait sûrement à passer un bon repas en famille, mais c'est son frère qui l'attendait sur le pas de la porte, et l'a accueilli avec une arme au poing. Sa jeune soeur de 18 ans, Sarya, s'est-elle interposée? Toujours est-il que les deux soeurs ont été emmenée à l'hopital, sérieusement touchées, Sarya s'y trouve encore, mais plus sa soeur, qui a succombé à ses blessures deux jours après son hospitalisation.
 
Sadia étudiait le droit à l'HEPCUT (Haute Ecole Provinciale de Charleroi, en Belgique) et avait une véritable volonté de réussir ses études, aux dires des étudiants de sa classe, dont plusieurs l'auraient hébergée en apprenant que sa famille envisageait de la marier de force au pakistan. Selon les élèves, ce n'est pas seulement le frère qui serait à mettre en cause, il s'agirait d'un traquenard familial, auquel la famille en entier aurait participé, la jeune femme avait par ailleurs rédigé un testament dans lequel elle demande à ce que son argent soit reversé à un orphelinat.
 
Selon un blog le frère de Sadia aurait préparé une lettre qui est aujourd'hui entre les mains de la cellule de police anti-terroriste. " Le nombreux public n'a pas osé se rendre à la mosquée où a eu lieu le rite funéraire musulman. On s'est contenté de placer une photo de la martyre dans sa classe afin de s'y recueillir et déposer des fleurs." Sadia repose aujourd'hui au Pakistan selon les voeux de sa famille.
 
Le jeune homme qu'elle fréquentait se cache aujourd'hui. il déclare que "Le père de Sadia avait proféré des menaces de mort à son encontre ainsi qu'à mon endroit", et si la police ne le garde pas sous protection policière, elle lui conseille malgré tout de se cacher. "Sadia a dû se battre pour chercher une structure d'accueil, il n'y a rien de mis en place. Or, toutes les filles pakistanaises sont concernées par cela", a-t-il encore indiqué " selon un journal belge. 
 
Des amis de la jeune femme ont créé un blog, et ont décidé de manifester en sa mémoire et pour dénoncer "ces agissements inqualifiables"(...) "le 14/11/2007 à 10H00 au départ de l'HEPCUT Charleroi (près du MARSUPILAMI)". Le Centre Prévention des Violences Conjugales auquel Sadia avait fait appel et qui n'avait malheureusement pas pu empécher ce qui allait arriver, et a fait part dans un communiqué de  "sa profonde tristesse et révolte". Le frère meurtrier, Moussafa, est encore en fuite.
 
Le Comité d'avis du Sénat pour l'égalité des chances entre les femmes et les hommes, en Belgique, a mis à l'ordre du jour la question des crimes d'honneur, à travers la sénatrice Anne-Marie Lizin.

Friday 09 November 2007, a 22:18
Un salon de coiffure la refuse pour port du voile...
 

 

Mlle Bushra Noah, 19 ans, a décidé de recourir à la justice anglaise pour régler son litige avec la patronne d'un salon de coiffure alternatif. Elle avait déjà postulé 25 fois chez d'autres coiffeurs, et avait essuyé 25 refus. Devenir coiffeuse est pourtant toute son ambition, et dans le cas présent, la patronne du salon de coiffure londonien l'a refusée en mettant très clairement en avant que son voile lui posait problème, car ses coiffeuses se doivent, selon elle, d'être des "vitrines" du salon. En effet, la spécialité du salon est la coupe de cheveux "Funky urbain",  et sa patronne, Sarah Desrosiers explique que toute son équipe porte ce type de coiffure en public, et que son salon vend de l'image. Il lui serait difficile dans le cas de la plaignante de vendre l'image d'une coupe de cheveux sous un voile, qui ne correspond pas à l'image de son entreprise.
 
Elle s'en explique: "Je vend de l'image c'est important et je m'attends à ce qu'une coiffeuse styliste expose ses cheveux pour inciter les passants à venir dans mon salon après avoir aperçu mes stylistes ». Cest la nature et le style de mon salon qui attire les gens. Couvrir ses cheveux est en contradiction avec cette réalité. Si quelqu'un portait un casque de baseball ou un chapeau de cowboy j'exigerais de le retirer pour le travail. Pour moi, c'est absolument essentiel que les gens puissent voir les cheveux du styliste."
 
Seulement Bushra Noah  ne l'entend pas de cette oreille, elle estime avoir été discriminée, et même rudoyée, et exige en conséquence des dédommagements pour perte de revenus, à hauteur de 15 000 Livres, d'autant que Mme Desrosiers lui aurait miné le moral: "J'ai décidé de poursuivre cette coiffeuse parce c'est elle qui m'a le plus blessé. Je me sentais tellement démoralisée et déprimée, que je me suis dit que si je ne me défendais pas, alors qui le ferait ? "Quand j'ai parlé à Mme Desrosier au téléphone, avant la première entrevue, elle m'a offert une journée d'essai. Mais lorsque je me suis présentée, elle ma regardée avec grand étonnement. Elle m'a demandé si je portais le foulard en tout temps et elle a continuée de répéter," j'aurais souhaiter l'apprendre lors de notre conversation téléphonique ".
 
Il est hors de question pour cette jeune femme d'ôter son voile, "Depuis mes études secondaires, la coiffure était tout ce que je voulais faire. C'est triste qu'ils ne me donnent pas l'occasion de le faire. Cette situation mine mes ambitions. Le port du foulard est fondamental à mes croyances." et ne semble absolument pas voir ce qui gênerait son ambition, il n'y a pour elle que de la discrimination dans cette affaire... Mme Desrosiers devra trouver des finances pour aller en justice en janvier 2008, pour contester la plainte, elle clame à l'injustice: "On me traîne dans la boue et on m'accuse d'être raciste. Cest totalement injuste et faux ! " Elle explique que son magasin pourrait fermer ses portes si en effet le procès devait se révéler trop onéreux.
 
Et cependant, on ne peut s'empêcher de se poser la question de savoir si la jeune femme possède en effet le bon profil pour ce poste, à comparer sa photo, avec l'affiche qui sert de présentoir à la boutique, à voir en tête d'article.
 

Friday 09 November 2007, a 11:46
Réhabilitation en Suisse, suite à un procès en sorcellerie de 225 ans
 

 

Anna Göldi est morte à l'âge de 48 ans, en Suisse, décapitée le 13 juin 1782 à Glaris,  il y a 225 ans, sous l'accusation de sorcellerie, ou plutôt d'empoisonnement puisqu'à cette époque le crime dont elle était accusée était déjà si suranné, qu'il a fallu trouver un autre terme. Elle a été réhabilité par le parlement glaronnais ce mercredi, à l'issue d'un débat. Décrite comme la dernière sorcière d'Europe a avoir été condamnée, elle ne serait que l'avant dernière, puisque deux polonaises auraient été brûlées par la suite en 1793. Issue d'une famille pauvre, elle était mère de trois enfants, dont le deuxième mourut juste après la naissance, après quoi elle devint servante dans la famille d'un médecin.
 
Parmi les cinq filles de son nouveau patron, dont elle s'occupait, l'une mourut à l'âge de huit ans. La petite Anne-Miggeli était devenue malade, juste après le renvoi de la servante, et aux dires des témoins,  semblait comme possédée, et souffrait de convulsions et de fièvre. Une rumeur disait à l'occasion de la mort de cette enfant, qu'avaient été retrouvés dans son bol de lait des aiguilles, ainsi que dans le pain et dans le bol d'une de ses soeurs, puis elle aurait recraché, toujours selon la rumeur, des aiguilles, parmi le sang, et en aurait recraché chaque jour jusqu'à la fin.
 
Torturée pour obtenir des aveux de sa relation avec le diable, afin de corroborer l'accusation de magie noire, puis jugée, initialement pour sorcellerie, ce qui aurait normalement dû lui valoir le bûcher, châtiment traditionnel des sorcières, Anna Göldi sera décapitée pour empoisonnement après que des dossiers aient été détruits, l'accusation de sorcellerie étant dépassée pour l'époque.
 
Dans un livre enquête, un journaliste glaronais, Walter Hauser, évoque la vie d'Anna Göldi sous le titre , «Der Justizmord an Anna Göldi» («Anna Göldi assassinée par la justice»), avec documents à l'appui, parfois inédits: pour lui le conseil évangélique n'avait aucune compétence pour juger la servante. Toute l'Europe s'était émue de ce procès en sorcellerie, ce qui peut expliquer que la peine ait été commuée de sorcellerie à empoisonnement. Son livre est devenu contre toute attente un véritable "best seller" chez nos voisins suisses, ce qui s'explique selon l'auteur par "le mélange de mysticisme, de suspense, de sexe et de crime - qui plus est dans les hautes sphères de la société, qui composait l'affaire". C'est à l'initiative de ce journaliste que le recours a été déposé devant le parlement de ce canton. Le conseil d'Etat et l'Église réformée, initialement à l'origine de la condamnation, et désireux de laisser tout cela au passé, se sont opposés à cette réhabilitation, qui a tout de même été votée par 37 voix contre 29.
 
Entre 50000 et 100000 personnes ont été brûlées vive en Europe pour sorcellerie, entre le XVème et le XVIIème siècle, il s'agissait de femmes pour 95% d'entre elles.
 
Un avis de recherche avait été lancé après la servante, il est retraduit dans wikipédia (traduction libre d'un dialecte difficile):
 
Le méritant État glaronais, de confession évangélique, offre par la présente, pour la découverte d'Anna Göldin décrite plus loin, une récompense de cent couronnes; de même est demandé aux hautes et plus hautes autorités et à leurs représentants officiels, de procurer toute l'aide possible à la capture de cette personne; ajoutons qu'elle a commis l'acte incroyable, d'apporter une quantité d'épingles et autres choses par des moyens secrets et presque incompréhensibles contre une petite fille innocente de huit ans.
Anna Göldin, de la commune de Sennwald, appartenant au district de Haute-Saxe et Forstegg, dans la région zurichoise, environ 40 ans, stature large et grande, à l'allure épanouie et rougie, des cheveux et des sourcils noirs, avec des yeux gris un peu malsains, qui sont d'habitude passablement rougis, son apparence est négligée, et elle parle dans son dialecte sennwaldois, porte une jupe moyennement colorée, un haut de corps bleu avec des rayures, en dessous un corset bleu, une veste damassée et grise, des bas blancs, un bonnet noir, en dessous une coiffe blanche et elle porte un foulard en soie noir.
Date, le 25 janvier 1782

La chancellerie de Glaris, de confession évangélique

Wednesday 07 November 2007, a 23:08
"Le guide secret du parfait marchand de Dieu" de Steeve Mve
 

 

Steeve Mve est un psychologue gabonais, qui s'est fait connaître lors d'une conférence au cours de laquelle il a mis en lumière la dangerosité des "églises" dites "éveillées" au Gabon, et les manipulations de ses pasteurs, ainsi que leur intérêt pour l'argent de leurs fidèles. En effet en Afrique, ces religions gagnent ces dernières années beaucoup de terrain parmi la population, mais elles sont aussi dénoncées pour leurs excès, particulièrement par les personnes qui en sortent définitivement.
 
"Le phénomène de la transe n'a vraiment rien de spirituel" explique le psychologue, avant de décortiquer les séances de ces pasteurs, notamment de l'église pentecotiste, et la véritable mise en scène autour d'eux, progressive, jusqu'à ce qu'il désigne les proies les plus facile pour cette transe, puis dit-il avec ironie, "Après avoir chanté, dansé pleuré... on paie". En effet les pasteurs mènent un train de vie tout à fait acceptable, avec domestique, belles voitures, grande maison.
 
Un journaliste, Ferdinand Ditengou Mboumi, au sujet du livre de Steeve Mve, évoque dans un article les excès des pasteurs pentecotistes, et l'attirance pour le sexe de ces "hommes de Dieu", qui parlent délivrance, auprès de jeune femmes trop influençable: "un pasteur pentecôtiste après avoir ordonné à ses paroissiennes de se dénuder pendant la prière dite « spéciale » a été arrêté en mars 2006.", ou encore "le « pasteur et prophète » Yves-David Elizé MAPACKOU qui nest pas à son premier forfait a été arrêté le 28 octobre dernier par la Police Judiciaire (PJ) pour viol sur mineure."
 
Un français témoigne: "J'étais malade, en 2004, et on m'a présenté un +homme de Dieu+ qui guérissait tous les maux grâce à des racines ou des mixtures d'écorces", il débourse 750 euros en 5 mois, puis dit-il: "Mais ma santé s'aggravait. Je suis allé voir cet +apôtre+ pour lui dire que la Bible ne prévoit pas qu'on paye pour des prières et des bénédictions"... Réponse du pasteur, par voie de lettre: "Il m'a dit que si je ne payais plus, les esprits viendraient me donner la mort".
 
Steeve Mve a justement écrit son ouvrage  "Le guide secret du parfait marchand de Dieu" pour éclairer les victimes de ces mouvements, et a reçu déjà de nombreux témoignages, d'Afrique, mais aussi d'autres pays, comme la France. Les pentecotistes ne sont pas les seuls à être visés par ce livre, toutes les églises dites éveillées le sont, les Néo-pentecôtistes, ou les mouvements charismatiques catholiques le sont aussi.
 
Lire impérativement l'article de Ferdinand Ditengou Mboumi pour bien comprendre de quoi il retourne, ainsi que le récit de la conférence sur le lien cité plus haut.
 

[Une interview de Steeve Mvé à consulter http://www.bdpgabon.org/content/view/5458/9/ , le livre parait aux éditions des quatres vérités]




Tuesday 06 November 2007, a 19:26
Arrêt du blog Humeur Allochtone
 

  "J'arrête donc ce blog"... "J'arrête donc ce blog", écrit tout simplement Mehmet Koksal ce lundi, et très vite une avalanche de commentaires tombe, comment, ce blog s'arrête ainsi, comme çà, un lundi? Et avant les municipales à venir? Oui... Il semblerait que l'auteur soit déterminé, ce serait donc le dernier article du blog d'Humeur allochtone , tenu depuis le 24/10/2003, et qui donnait un point de vue irremplaçable sur une part de l'actualité politique bruxelloise. Dans un article; la libre.be évoque elle aussi la fin de ce blog...     

 

J'avais consacré un article aux émeutes de Bruxelles  et m'étais longuement attardé sur le blog de Mehmet Koksal, relatant également son "cassage de gueule" devant l'ambassade des Etats-Unis. Nulle part la presse ne reprenait les évènements comme lui, de l'intérieur! Nulle part ne se trouvait de récit aussi vivant que sur son blog, nulle part dans les articles aseptisés de la grande presse on ne trouvait un tel engagement, une telle conviction. Et puis, craignant pour sa famille, suite à de nombreuses menaces, expliquant que son travail se fait à perte, puisque son message ne semble pas être entendu, il arrête cette semaine. Que le lecteur français n'aille pas faire l'indifférent, car ce que dénonce Mehmet existe aussi en France, et dans nos banlieues, où les "Loups Gris" semblent être aussi implantés...    

 

Ce qui est consternant dans ce dernier article, c'est l'aspect fataliste qui s'en dégage par certains cotés: "la classe politique et le système clanique empêchent donc l'émergence d'un journalisme d'investigation totalement indépendant des groupes de pression." explique Mehmet Koksal, et si il évoque la Belgique, on croirait pourtant lire une description de la classe politique française, qu'il ne faut pas trop bousculer, et qui a peur de mettre sur la table les problèmes à traiter, pour en discuter une bonne fois, et trouver enfin les solutions qui s'imposent.    

 

Car le problème que décrit Mehmet Koksal ne serait pas purement belge, si l'on en croit les récents évènements en banlieue nord, à Sarcelles plus précisément, où une bagarre a eut lieue entre Kurdes et Turcs, particulièrement violente, avec une arrestation à la clefs, à la suite de laquelle 300 manifestants, arborant bien haut le drapeau turc, se sont rendus  devant le commissariat de police de la ville. Déjà en mars 2007, une association assyro-arméno-turques parlait des loups gris, ce groupement extrémiste et ultra-nationaliste turc, pour comparer l'Association "Fransa Turk Federasyon" au sujet d'un concert, évoquant dans son communiqué  une "propagande agressive dirigée notamment contre les Arméniens et le Kurdes", concert qui aurait déjà été refusé dans la ville de Montreuil, par le maire. Le sujet est donc tout à fait d'actualité en France même. De nombreuses associations s'étaient jointes à cette demande.     A Lyon également, lors de l'érection d'un "monument à la mémoire du million et demi d’Arméniens victimes du Génocide perpétré en 1915 par le gouvernement ottoman", le CCAF appelait à la mobilisation "contre cette offensive des forces négationnistes, racistes et anti-démocratiques lancée sur le sol européen par des factions ultranationalistes et anti-européennes instrumentalisées par le Gouvernement turc et ses représentants en Europe."  

 

Dans un entretien, Manuel Abramowicz  confirme les propos de Mehmet Koksal et des associations: "Pour eux, les Turcs sont l'élite, une race supérieure. Ils sont capables d'actions violentes voire ultraterroristes. En Turquie, ils ont été les auteurs d'attaques contre des minorités culturelles, des membres de la gauche, des syndicalistes mais aussi contre les Arméniens ou les Chaldéens.", avant d'ajouter "Les Loups Gris se développent sous couvert d'associations culturelles".    

 

Avant de conclure son dernier article, Mehmet Koksal explique "Je vais donc continuer à écrire ... mais sur d'autres supports médiatiques.", et l'on ne peut que s'en réjouir, tout en comprenant sa décision. Lors de l'émeute, il aurait pu lui arriver bien pire qu'un simple "cassage de gueule" (ses propres termes), autant rester un peu prudent dans sa situation, puisque les Loups Gris connaissent déjà son visage, et ne lui veulent vraisemblablement pas que du bien. Ceci dit, si Mehmet Koksal voulait venir faire un petit tour en France, pour évoquer ce groupement, cela ne pourrait être qu'à notre avantage...

 

Mehmet Koksal est aussi membre du conseil de direction de l'Association des journalistes professionnels de Belgique.

Tuesday 06 November 2007, a 14:43
Le "Perroquet Libéré" répète tout...
 

  Le journalisme citoyen est en train de se développer, c'est indéniable, et il s'aventure même sur le terrain plus satirique, avec la tenue du journal électronique, "Le Perroquet Libéré" , dont l'existence était menacée il y a peu, par son principal sujet d'écriture: Bertrand Delanoé. Les journaux n'ont que peu relayé l'information: trainé devant la justice, le perroquet libéré faillit y perdre tant de plumes que le site a presque fermé. 

 

En ligne de mire le nom de domaine, "delanoé2008.com", deuxième site, fondé également par François Devoucoux du Buysson et Max Dupré, deux opposants sans parti politique affiché. Le perroquet libéré doit son nom à une oeuvre d'art pour laquelle la ville de Paris avait envisagé de se procurer un perroquet vivant, ce qui avait choqué quelques personnes, n'imaginant pas un animal vivant, dans un musée. Tout comme le figaro qui cite le personnage dont il tire le nom sur sa première page, le Perroquet cite lui aussi Bertrand Delanoé, en tout premier: "Je vous demande d'être des citoyens actifs et de nous dire ce qui ne va pas".

 

Et le site s'y applique...   Impertinent, un peu sur le modèle du Canard Enchaîné, traitant de la ville de Paris et de son maire, bien souvent sur des sujets inédits dans les grands journaux, les fondateurs du site se sont attirés les foudres du maire de Paris en créant un site d'opposition en vue des municipales prochaines sous le nom de delanoe2008.com, et a été condamné durant le mois de septembre à verser "1 euro de dommages et intérêts à Bertrand Delanoë et 1.500 euros au titre de l'article 700 (5.000 euros avaient été réclamés).", ce qui est relaté dans un post dénommé "Le journalisme citoyen est un métier dangereux" , sur le site désormais rebaptisé vivement2008.com .

 

Le perroquet (et son double vivement2008) pourrait devenir incontournable: il est toujours bien renseigné,et ne s'avance jamais sans être sûr de ses informations, sa plume est précise, et ses coups de bec toujours bien assénés. Tout y passe, du naufrage annoncé de la piscine flottante Joséphine Baker, à la communication du maire de Paris, en passant par le budget municipal ou la circulation routière. Ainsi si un site  à tendance homosexuelle  le décrie dans ses pages, lui attribuant "une méchante fixette sur les pédés", pour selon lui des propos sur l'homosexualité du maire "(("Delanoë n’aime pas les tentes" à propos de la polémique sur le matériel donné aux SDF parisiens par Médecins du Monde)", cela ne l'empèche pas de dénoncer le communautarisme sexuel (ou plutôt le clientélisme du maire) de la capitale, notamment pour certaines manifestations, comme le festival de "films lesbiens" , subventionné par la mairie à hauteur de 10000 euros, mais interdit aux hommes, avec gardien(ne) de sécurité pour ce faire, à l'entrée. De fait l'on peut s'étonner de ce que l'art devienne un objet de séparation entre les personnes, par communautés (avec subventions munucipales et présence en sus de la HALDE), là où il devrait appeler à l'universel. Cela n'empêche d'ailleurs pas le perroquet d'évoquer ensuite les transexuels, pour soutenir le PASTT et sa baronne  face au maire de Paris, association qui lutte pour sortir les transexuels des problèmes de proxénétisme, entre autre.  

 

 Le perroquet est engagé, et son ton est libre, ce qui lui a déjà attiré les foudres de la municipalité. Il est regrettable que la grande presse n'ait pas relayé son aventure au tribunal de grande instance, à l'heure où elle se plaint de son manque de liberté aussi bien devant les puissance politique, que devant les puissances financières. Se décrivant comme un journal satirique, ce site de journalisme dit "citoyen", a une fonction un peu abandonnée par les journaux traditionnels, et participe de fait au bon fonctionnement de la liberté de la presse, tant évoquée par les journalistes professionnels... Ses lecteurs l'ont bien compris, qui l'ont aidé à se remplumer  après son passage devant la justice.

Thursday 01 November 2007, a 17:51
L'Express, le Canard enchaîné, journaux racistes!!!???
 

  Tandis que le Canard enchaîné s'exclame «Elève Rachida, au piquet !», en publiant l'extrait du curriculum vitae de Rachida Dati présenté dans son dossier administratif pour intégrer l'École nationale de Magistrature, la presse fait état de pressions inquiétantes sur les journaux ayant publié sur le sujet.  

 

Déjà l'Express aurait reçu des appels émanant de l'entourage du ministre, selon Christophe Barbier, et faisant part de menaces ahurissantes de Rachida Dati: "Je vais aller à la télévision dire que c'est un journal raciste!" ce à quoi il répond: Allons donc: raciste, le journal d'Albert Camus et de Raymond Aron ?… avant de relever les propos du Canard enchaîné, qui a vraisemblablement reçu un appel du porte-parole du ministre  qui leur explique que «la formule “ancien élève de l’Institut supérieur des affaires” signifiait clairement qu’elle n’avait pas obtenu le diplôme final», puis le ministre lui-même a décroché son téléphone pour appeler le canard et lui faire le même reproche qu'à l'express, canard qui ne s'est pas démonté en répondant «refrain connu. Seule solution, ne parler de la ministre qu’en termes élogieux et pratiquer la discrimination ministérielle positive.»

 


  Christophe Barbier souligne que Le Point diffusera les meilleurs extraits du futur livre du garde des sceaux, et conclue non sans ironie "Dans l'urgence, elle a trouvé un organe de presse docile et véloce pour porter sa défense. "La voix de son maître" est toujours un slogan valable." et c'est très à propos qu'il pose une question judicieuse: "est-il raisonnable de réagir ainsi quand on occupe un des plus hauts postes de l'Etat?" évoquant pour finir la liberté de la presse. Oui, c'est un fait la presse est libre, et en l'occurrence, dans le Canard enchainé, le curriculum vitae exhibé indique bien à l'année 1993: «M.B.A. du groupe H.E.C.» avec la mention «ancienne élève de l’Institut supérieur des affaires» confirmant ce que l'express avait dévoilé auparavant.  

 

Le ministre se serait aussi inquiété de ce que certains sites internet auraient évoqué un diplôme "falsifié", ce qui en effet n'est pas le cas. Pour autant, un Garde des sceaux se doit de garder la mesure dans ses critiques de la presse, en effet, l'accusation de racisme est malvenue, n'ayant aucun rapport avec les faits relatés dans la presse, même si les noms évoqués d'autres ministres concernant des diplômes mentionnés dans leurs CV devraient eux-aussi être traités, pour être juste.

 

 Notons que ces autres ministres n'ont pas fait de bruit autour de ces rumeurs.   Rachida Dati, présentée comme un exemple d'intégration réussie, présentée comme autoritaire selon certaines rumeurs, et actuellement en froid avec le monde judiciaire, n'a pas su faire preuve de diplomatie dans cette affaire, qui aurait pu prendre de moindre proportions...

Présentation
Bonjour,

Ce petit blogue parle de tout et de rien, il veut être ouvert aux débats et se félicite toujours de recevoir des commentaires.

Bienvenue à tous!

Envoyer un mail à l'auteur
publicité
commentaire(s)
Le Burqa Band aeohxdepkw (23/11/2013 21:48)

lrskucmbjtf, <a h...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard Alice (10/09/2013 10:12)

Je trouve que vos in...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard Alice (10/09/2013 09:56)

Cher Sigisbert, quel...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard sigisbert (09/09/2013 16:43)

...et franchement ch...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard sigisbert (09/09/2013 16:43)

Mais il n'y pas...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard sigisbert (09/09/2013 16:41)

Alice, je ne vous co...

Entretien avec Sylvianne Spitzer, de «SOS HOMMES BATTUS» djam (29/08/2013 18:50)

C'est exactemen...

De l'exégèse scientifique du Coran, par frère Bruno Bonnet-Eymard knjgvqxhiw (02/08/2013 16:59)

fgrnicmbjtf, <a h...

Santé : "le chlorure de magnésium." cvskpxzsve (29/07/2013 13:35)

cxuxccmbjtf, <a h...

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter de ce blog renseignez votre adresse mail :


mes catégories
Politique (55)
Islam (45)
Sarkozy (32)
Musique (23)
Video (23)
Europe (22)
Justice (16)
Blog (15)
Fait divers (13)
Christianisme (11)
Benoit XVI (11)
Humour (11)
Belles autos (10)
Histoire (10)
Education (9)
Vidéo (9)
Rachida Dati (8)
Valérie Bègue (8)
Media (8)
Fitna (7)
Come4news (7)
Miss France (7)
Union européenne (6)
Carla Bruni (6)
Insolite (6)
Obama (5)
people (5)
Ecouen (5)
Wafa Sultan (5)
islam (5)
Afrique (5)
Musée (5)
Racisme (5)
Profanation (5)
Algérie (5)
Journalisme citoyen (5)
Cinéma (4)
JO (4)
Milan Kundera (4)
christianisme (4)
Paris (4)
Turquie (4)
Euthanasie (4)
Marseillaise (4)
Chine (4)
Presse (4)
Santé (4)
Journalisme (4)
santé (3)
Canada (3)
Britney Spears (3)
Ecologie (3)
Bouddhisme (3)
Dieudonné (3)
Rama Yade (3)
Geert Wilders (3)
Anne-Lorraine (3)
Livre (3)
Greve (3)
Economie (3)
blog (3)
Le Pen (3)
Grève (3)
voile (3)
Irlande (3)
Voile (3)
Birmanie (2)
vidéo (2)
Environnement (2)
fait divers (2)
Emeute (2)
Menaces (2)
Traité de Lisbonne (2)
Violence conjugale (2)
Politique (2)
Etudiants (2)
Abbé Pellabeuf (2)
Portable (2)
Referendum (2)
Censure (2)
Miss France (2)
Crise (2)
Littérature (2)
Egypte (2)
Janis Joplin (2)
Ecole (2)
Archéologie (2)
politique (2)
Ovni (2)
Henri Salvador (2)
décès (2)
Dalaï Lama (2)
People (2)
Shoah (2)
humour (2)
Val d'Oise (2)
racisme (2)
Décès (2)
médecine (2)
Belgique (2)
Russie (2)
Discrimination (2)
Photo (2)
Football (2)
Laure Manaudou (2)
Brassens (2)
Tibet (2)
Amérique (2)
France (2)
Secte (2)
Césars (1)
Valérie Bègues (1)
Tolkien (1)
Wafa sultan (1)
Magdi Allam (1)
caricature (1)
Eric Dupin (1)
Mariage (1)
Manipulation (1)
Hindouisme (1)
Bali (1)
Poilu (1)
Hommage (1)
Chantal Sébire (1)
société (1)
Leonetti (1)
Mozart (1)
jazz (1)
Nicolas Princen (1)
Violence (1)
Banlieue (1)
Science (1)
sectes (1)
Miviludes (1)
Linceul de Turin (1)
Handicap (1)
Katoucha (1)
satanisme (1)
Jésus (1)
Londres (1)
ch'ti (1)
Apocalypse (1)
Sophie Marceau (1)
Marion Coquillard (1)
Sport (1)
Sécurité sociale (1)
Emeutes (1)
Fred Chichin (1)
Rita Mitsouko (1)
Précédents articles (1)
Villiers Le Bel (1)
Kouchner (1)
Carte judiciaire (1)
Sida (1)
Khartoum (1)
Soudan (1)
Taizé (1)
Esclave (1)
Mama Galledou (1)
Traité (1)
Récidive (1)
Election (1)
Sorcellerie (1)
Faits divers (1)
Délinquance (1)
Paleontologie (1)
Bob Denard (1)
dessin (1)
Rasta (1)
Prix Nobel (1)
Charia (1)
Pentecotistes (1)
Suisse (1)
Bonzes (1)
Guy Môquet (1)
Fleurs (1)
Abeilles (1)
Frere Roger (1)
Moi (1)
Yvan Rioufol (1)
Carla bruni (1)
belles autos (1)
Lèpre (1)
Pater Noster (1)
livre (1)
Le Messie et le prophète (1)
Voitures anciennes (1)
Course à pied (1)
Ayaan Hirsi Ali (1)
Sénégal (1)
football (1)
copte (1)
Cécilia (1)
Souad Sbai (1)
Taslima Nasreen (1)
internet (1)
Noel (1)
Luca Marin (1)
Julien Gracq (1)
écrivain (1)
Ségolène Royal (1)
Canteloup (1)
Bethléem (1)
Musée (1)
Italie (1)
adoption (1)
Georges Frêche (1)
Britnez Spears (1)
Immigration (1)
calendrier Effiliation (1)
Kosovo (1)
Jean Gabin (1)
Fraternité Saint Pie X (1)
Ravi Shankar (1)
OTAN (1)
Jean-Claude Narcy (1)
Anti-racisme (1)
Palestine (1)
Israel (1)
Segolene Royal (1)
Ile de France (1)
Taxe (1)
Pouvoir d'achat (1)
Berck (1)
Avortement (1)
Vélo (1)
Police (1)
Gaza (1)
journalisme (1)
Mozart (1)
Eric Zemmour (1)
Colonne médicis (1)
Film (1)
Bollywod (1)
Maroc (1)
Religion (1)
Pascal Bernheim (1)
Etrennes (1)
Tabac (1)
Barrack Obama (1)
Didier Super (1)
Loisirs (1)
Calendrier (1)
La pompe moderne (1)
Cannabis (1)
buzz (1)
Vol AF447 (1)
Omar bongo (1)
Société (1)
Susan Boyle (1)
voyage astral (1)
Caissière (1)
Ibrahim Al-Buleihi (1)
Sos hommes battus (1)
Burqa (1)
hypnose (1)
Burqa band (1)
Michael Jackson (1)
Danse (1)
nature (1)
Papillon (1)
handicap (1)
Louis XVI (1)
Homme battu (1)
Antiracisme (1)
Maurice Druon (1)
Jounalisme (1)
Polémique (1)
violences (1)
Durban II (1)
Continental (1)
Moyen-Age (1)
Loisir (1)
Anti-sionisme (1)
Grippe (1)
Zemmour (1)
Coran (1)
Etats-Unis (1)
Communisme (1)
Marcel Carné (1)
justice (1)
Sweet smoke (1)
Musique (1)
Nazisme (1)
Kasparov (1)
Israël (1)
Art (1)
Esclavage (1)
Celine Dion (1)
Medecine (1)
Essence (1)
Le génocide voilé (1)
Malek Chebel (1)
Tidiaye N'diaye (1)
Extraterrestre (1)
Vatican (1)
La presse (1)
Patrick Binet (1)
Schism (1)
Brigitte Bardot (1)
Eurovision (1)
Martin Luther King (1)
Francophonie (1)
Fernandel (1)
Adelir Antonio de Carli (1)
video (1)
polémique (1)
Indonésie (1)
religion (1)
commentaire (1)
Chti (1)
Justice (1)
Robert Spencer (1)
Eau (1)
Chat (1)
drapeau (1)
environnement (1)
Chlorure de magnésium (1)
Israel (1)
Jean-Paul II (1)
Blaise Cendrars (1)
laicite (1)
Gad El Maleh (1)
Soeur Emmanuelle (1)
Luc Besson (1)
Guillaume Depardieu (1)
Kemi Seba (1)
Fanny Truchelut (1)
Humour (1)
De funes (1)
Cercle (1)
Escroquerie (1)
18 juin (1)
de Gaulle (1)
Buzz (1)
OVNI (1)
Blague (1)
blague (1)
Antonio Adelir de Carli (1)
Angleterre (1)
Judaïsme (1)
Pretre-academie (1)
insolite (1)
extraterrestre (1)
Commémoration (1)
Articles précédents
Liste des articles
calendrier
«novembre 2007»
LunMarMerJeuVenSamDim
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
archives
2009-09 (1)
2009-06 (9)
2009-05 (13)
2009-04 (16)
2009-03 (9)
2009-02 (2)
2009-01 (4)
2008-12 (7)
2008-11 (13)
2008-10 (15)
2008-09 (7)
2008-07 (10)
2008-06 (27)
2008-05 (22)
2008-04 (39)
2008-03 (34)
2008-02 (53)
2008-01 (26)
2007-12 (25)
2007-11 (29)
2007-10 (30)
thèmes
Politique
Union européenne
Traité
Mes blogs Mongenie préférés
EUROTOFF2 / EUROTOFF2 / Tout sur la Collection des 2€
LA CUISINE DE TATI
Fatras de tout petit rien
AWANEKKINNAN
Les humeurs de Sophy
Gconomiz
Mes autres blogs préférés
Lucienne Magalie Pons
Journal d'un avocat
Pageliasse
Le Blog d'un curé
americatho
Discours de la servitude volontaire
D'autres blogs sur monGenie
0N SE FAIT LA VIE PLUS BELLE -
Liberté Egalité Fraternité
READYTOPLAY
SOLIBLOG
ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE !
Visites depuis

Le début du mois : 8973

Le mois dernier : 7100

L'ouverture du blog : 465135


** ** © Learnorama - conditions générales - développé par Learnorama - Contact